L'ÂGE DES AIGLES (FIRE & FURY NAPOLEONICS)

L'ÂGE DES AIGLES (FIRE & FURY NAPOLEONICS)

Les Caçadores dans l'armée de Wellington : Sk ou pas Sk ?

Vendredi 24 août 2018. Publié par Rees M. Taylor, reesmtaylor@gmail.com
Dans les règles, la ligne portugaise est régulière et les unités légères, les Caçadores, sont E et Sk si elles font partie de la Loyal Lusitanian Legion. Comme souvent les brigades portugaises comprennent un mélange des deux, par exemple à Albuera, la brigade portugaise de la 2e division comptait 4 bataillons de ligne classés R, environ 2355 hommes, et un détachement de la Loyal Lusitanian Legion, environ 572 hommes. Cela donne environ 8 bases, mais la brigade est considérée comme Sk ou non ? Comment tout cela fonctionne en pratique ?

 

 

Ven 24 août 2018. Publié par Rees M. Taylor, reesmtaylor@gmail.com

 

Bill, il semblerait logique que les brigades portugaises incorporant des troupes légères soient capables de tirailler. En passant, je ne connais aucune occasion où les Caçadores ont été formés en brigades entières d'infanterie légère. Sauf erreur de ma part, après 1807 l'infanterie légère portugaise de brigade était composée d'infanterie de la Loyal Lusitanian Legion opérant contre les Français indépendamment des Britanniques de 1808/09.

 

 

Ven 24 août 2018. Publié par Wilbur Gray, hmgs1@outlook.com
Pas de Sk pour l'ensemble des Portugais, même si, historiquement parlant, je pense qu'il est possible de prétendre qu'après une période de formation et d'expérience aux côtés des Britanniques, la ligne possédait également une capacité de tirailleurs. Je n’aurais aucun problème à vous voir jouer de cette façon.

Ven 24 août 2018. Publié par Drew JARMAN, braunschweig_woffenbuttel
Je dirais que si une brigade portugaise n’a pas de Caçadores organiques, elle n’aura pas de capacité Sk. Il y avait en théorie assez de bataillons légers pour chaque brigade de ligne, mais toutes les brigades n'en ont pas reçu un. Les 1er et 7e bataillons étaient intégrés dans la Light Division. Beaucoup de brigades portugaises ont été en outre affectées à des missions de garnison, ne combattant jamais sur le terrain. Il était rare qu'elles parviennent à recruter suffisamment d'hommes pour étoffer leur 2e bataillon. Tout comme la plupart des régiments de cavalerie portugais dépourvus de chevaux, et restant en garnison à pied. En parlant de la Loyal Lusitanian Legion, alors que théoriquement forte de trois bataillons, le 3e était historiquement très faible car il était constamment utilisé comme dépôt pour maintenir les deux autres bataillons à effectif opérationnel. C’était d’ailleurs le cas du 3/95th Rifles, qui avait du mal à déployer plus de 300 hommes sur le terrain, étant utilisé lui aussi comme dépôt pour maintenir les deux autres bataillons à effectif opérationnel.

Samedi 25 août 2018. Publié par Bill Gray, hmgs1b
Cela se résume vraiment à savoir si les bataillons de ligne ont été suffisamment formés pour posséder la fonction Sk, TELLE QU'ELLE EST DÉFINIE PAR LES RÈGLES. Comme les bataillons de ligne n'avaient pas de compagnie légère organique, ma pensée est que cette fonction n'était pas une priorité, et puisque la majorité d'une brigade ne pouvait pas tirailler, une brigade dans le jeu ne le peut pas non plus. D'un autre côté, mon hypothèse reste inutilisable car je n'ai pas encore été en mesure de la vérifier ; donc si vous pensez le contraire, vous avez ma bénédiction pour procéder en conséquence (comme si vous en aviez déjà eu besoin).

Sam 25 août 2018. Publié par Phil Callcott, armatwom
"… puisque la majorité d'une brigade ne pouvait pas tirailler, une brigade dans le jeu ne le peut pas non plus". Les bataillons de ligne portugais avaient sept compagnies, cinq du centre, une de grenadiers et une légère, les donnant capable de tirailler à 14,29%. Une brigade d'infanterie portugaise "standard" (mais pas toutes) avait quatre bataillons de ligne et un bataillon de Cacadores entraînés et équipés comme tirailleurs (plus tard avec des fusils) en plus des compagnies légères des bataillons qui fournissaient plus de 25% de fantassins capables de tirailler. En 1812, Wellington considérait les bataillons de ligne portugais comme égaux aux britanniques. En comparaison, une brigade d’infanterie de ligne française avait 16,67% de voltigeurs.

Sam 25 août 2018. Publié par hazelbark2005
Je conviens qu'en 1811 les brigades portugaises devraient certainement être traitées comme capables de tirailler. Et je pourrais probablement le plaider à partir de Talavera incluse.

Sam 25 août 2018. Publié par Drew JARMAN, braunschweig_woffenbuttel
Je doute qu'ils soient tout juste R, alors qu'ils sont encore conscrits à Talavera. J'opterais pour R Sk en 1809, et seulement s'il y a un bataillon de Caçadores organique.

Sam 25 août 2018. Publié par Drew JARMAN braunschweig_woffenbuttel
Les bataillons de ligne portugais n'avaient pas de compagnie légère. Ils avaient sept compagnies, dont une de grenadiers.

 

Sam 25 août 2018. Publié par Bill Gray, hmgs1b
C’est ce que je pensais, mais je vérifierai car ma mémoire n’est pas aussi bonne qu’elle l’était. En outre, pendant cette période, en particulier avec l’armée française, le fait qu’une unité ne soit pas désignée « légère » ou similaire, ne signifie pas nécessairement qu’elle ne répond pas à la définition de ADA pour tirailler. Voici une idée qui a failli être introduite dans les règles, mais que j'ai abandonnée en raison de la complexité qu'elle engendre. Peut-être devrais-je la reconsidérer, mais voici l'exemple qui l'explique :
Supposons qu'une brigade portugaise compte quatre bataillons de ligne (huit bases) et un bataillon de Cacadores (deux bases) pour un total de dix bases. Le joueur aurait la possibilité de jouer à la brigade avec 10 bases non Sk ... OU ... rejeter les deux bases de Cacadores et jouer la brigade à 8 bases Sk.

Sam 25 août 2018. Publié par Phil Callcott, armatwom
Salut Drew,
Ma source, Hawthornthwaite, dit qu'avant la réorganisation par les Britanniques, les 1er bataillons portugais comptaient six compagnies du centre plus une compagnie de grenadiers. Les 2e bataillons remplaçaient la  compagnie de grenadiers par une compagnie légère. Donc, une compagnie sur 14 pourrait théoriquement tirailler, mais étant donné l'état atroce de l'armée portugaise à cette époque, cela restait théorique. Après la réorganisation, un bataillon comptait quatre compagnies du centre et une compagnie de grenadiers, et les brigades étaient composées de 4 bataillons de ligne et 1 de Caçadores. Quant à savoir si elle pouvait tirailler, cela dépend du moment et de la manière dont l'infanterie portugaise était organisée. Avant la réorganisation, aucune chance, et il sera probablement plus réaliste de la considérer comme Irr. Après la réorganisation et jusqu'en 1811, une brigade avec des Caçadores organiques pourrait être soit C, soit R Sk. Après 1811, une brigade avec des Caçadores organiques serait au moins R Sk, peut-être E Sk. Sans les Caçadores, toujours R et éventuellement E, mais jamais Sk.

Sam 25 août 2018. Publié par Phil Callcott, armatwom
Bonjour Bill,
Donc, une brigade portugaise à 5 bataillons avec 20% d'hommes formés en infanterie légère ne compte pas comme capable de tirailler, à moins d'être réduite d'1/5e de sa force ? Considérant qu'une brigade française à 5 bataillons de ligne dont 17% des hommes forment 5 compagnies légères sur un total de 30 (un sixième) compte comme Sk et garde toutes ses bases ? Pour en revenir à BOFF, un régiment (bataillon) de la Guerre civile américaine sur deux rangs envoyait généralement deux de ses dix compagnies en tirailleurs, soit 20%. Les Britanniques étaient initialement à court de tirailleurs contre les Français, car une seule des dix compagnies d'un bataillon était "légère", soit 10%. D'où la pratique britannique consistant à placer des compagnies de fusiliers ou des bataillons légers dans les brigades pour en renforcer les tirailleurs, ce qui explique probablement pourquoi Beresford a opté pour un ratio de 4-1 et a formé et entraîné les Caçadores selon le manuel des Rifles, en se dispensant de compagnies légères de bataillons. En 1812, les Portugais représentaient environ 50% de l'infanterie de Wellington et étaient comparables à leurs homologues britanniques à tous égards, y compris pour tirailler.

Sam 25 août 2018. Publié par Wilbur Gray, hmgs1b

Non, car comme le souligne le Dr Hew Strachen et d’autres, 100% des brigades françaises pouvaient tirailler indépendamment de la désignation de leur compagnie. Les Français étaient à l’avant-garde de l'entraînement des tirailleurs. Là encore, la façon dont ADA le définit (principalement selon l'Instruction Davout) la rend commune à tous les soldats, et pas seulement aux voltigeurs. Toute l’infanterie de ligne portugaise pouvait aussi tirailler, mais simplement pas de la même manière ou au même niveau d'efficacité que les Français, selon les normes ADA. Ainsi, ils ne sont pas traités comme des tirailleurs. Mais, fractionnez les bataillons de Caçadores et vous aurez une compagnie capable de tirailler dans chaque bataillon, alors pourquoi pas ?

Dim 26 août 2018. Publié par "Rees M Taylor" reesmtaylor@gmail.com

Chers tous, je suis heureux d'avoir vu les réponses de tout le monde à ma question et les informations détaillées fournies, et je remercie tous les intervenants. Personnellement, je tends vers la solution d'une brigade portugaise avec des Caçadores attachés ou, dans mon exemple, le bataillon Loyal Lusitanian ayant une capacité à tirailler comme les autres bataillons de Caçadores. Je ne m'offusquerais pas non plus si des brigades portugaises sans les bataillons légers étaient considérées comme incapables de tirailler. Et je parle des réformes post-Beresford 1809-1814 pour l'armée d'Espagne en particulier. Cela dit, sur la stricte comparaison entre les lignes portugaise et britannique face à la redoutable infanterie légère française, on a un argument convaincant.

 

 

 



29/08/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres