L'ÂGE DES AIGLES (FIRE & FURY NAPOLEONICS)

L'ÂGE DES AIGLES (FIRE & FURY NAPOLEONICS)

Organisation de l'armée

Le double royaume du Danemark et de Norvège, dirigé par le roi Christian Frédéric, réussit tenir une politique de stricte neutralité jusqu’à la fin de 1807, où les événements le dépassèrent. Lors de l'entrevue entre Napoléon et le tsar à Tilsit, il fut convenu que le Danemark serait intégré au système continental. Mais avant que la France n'ait pu faire quoi que ce soit, la Grande-Bretagne attaqua. Craignant que la flotte danoise ne tombe aux mains des Français, elle envoya une force expéditionnaire à Copenhague pour saisir ou détruire la flotte danoise. L'armée danoise, à cette époque, comprenait les unités suivantes :

 

1 régiment d'infanterie de la garde

2 régiments de Leib infanterie (grenadier)

12 régiments d'infanterie de ligne

Le Corps des fusiliers du roi

1 régiment de Leib cavalerie (cavalerie lourde)

3 régiments de cavalerie lourde

1 régiment de Leib dragons légers

2 régiments de dragons légers

1 régiment de hussards

1 régiment bosniaque

 

Infanterie

Chaque régiment comprenait deux bataillons. Chaque bataillon était composé de cinq compagnies dont quatre de mousquetaires. Dans le premier bataillon du régiment, l’élite se composait de grenadiers, tandis que dans le 2e, elle était composée de Jäger. L'effectif moyen du bataillon était de 650 hommes. Le Corps des fusiliers du roi a été formé lors de l'invasion britannique en 1807. Seules deux compagnies furent formées alors que quatre étaient initialement prévues. Chaque compagnie contenait environ 100 hommes. Ceux-ci se sont bien battus à Copenhague en 1807 et étaient les seules unités non régulières à être maintenues. Il y avait un grand nombre d'unités de milice en 1807. Cependant, celles-ci se tinrent très mal au combat en général, et ont furent dissoutes.

 

 

Cavalerie

Le régiment des gardes du Corps comprenait deux escadrons de 60 hommes chacun. Le 1er escadron était connu sous le nom de Leib Escadron. Le régiment des hussards se composait de six escadrons tandis que le reste des régiments de cavalerie comptait chacun quatre escadrons. L'effectif réglementaire d'un escadron était de 160 hommes, mais en 1807 ce nombre n'a jamais été atteint. Les Bosniaques étaient une cavalerie légère irrégulière, un peu comme les Cosaques.

 

Artillerie

Les Danois employaient principalement des canons de 3 et 6 livres, avec des canons de 12 comme artillerie de réserve.

 

Les combats de Copenhague avaient pris fin avant que l'armée ne soit complètement mobilisée et amenée du Jutland où elle stationnait. La menace de bombardement a amené le Danemark à se plier aux conditions britanniques et la flotte fut détruite. Fortement irrité, le Danemark a cherché à se rapprocher de la France et est resté en guerre avec la Grande-Bretagne jusqu'en 1814. Dans le cadre du double royaume, la Norvège a levé plusieurs régiments d'infanterie, dont l'un des régiments Leib. À ceux-ci se trouvaient une ou plusieurs compagnies de troupes à skis.

 

1808

Lorsque la Suède refusa de rejoindre le système continental, une attaque venue simultanément du Danemark et de la Norvège par des troupes alliées (françaises) devait la force à se plier. L'offensive sud fut interrompue par la révolte du corps espagnol de La Romana, qui devait y participer. L'attaque nord fut quant à elle prévenue par une attaque préemptive suédoise. Les troupes norvégiennes, qui comptaient environ 17.000 hommes s'y opposèrent, mais après une campagne indécise, une trêve fut signée fin de 1808.

 

1809

Dans l'intervalle, l'armée danoise avait été renforcée par les mesures suivantes :

1. Un régiment de Leib Jäger créé avec deux nouveaux corps de fusiliers. Il était composé de deux bataillons à cinq compagnies.

2. Les Bosniaques avaient été convertis en un régiment de uhlans.

3. Les meilleurs hommes des unités de milice dissoutes formèrent les 3e et 4e bataillons des régiments d’infanterie. Ces bataillons avaient une organisation similaire à celle du 2e bataillon : quatre compagnies de mousquetaires et une compagnie de Jäger.

 

Lorsque la guerre éclata avec l'Autriche, le Danemark fournit un petit contingent pour aider à protéger la côte baltique. Il s'agissait d'un régiment d'infanterie à deux bataillons, d'un bataillon d'un autre régiment d'infanterie, de deux compagnies d'un des nouveaux corps de fusiliers, d'un escadron de cavalerie et eux de hussards. À cette force était attachée une batterie de 3 comprenant 8 pièces. Quand le major prussien von Schill prit Stralsund, les troupes danoises participèrent à la bataille pour reprendre la ville. Ce fut la seule action à laquelle participèrent les troupes danoises au cours de cette campagne.

 

1812

La France demanda au Danemark de lui fournir un contingent pour la Grande Armée, en vue de l'invasion de la Russie, mais elle put l'éviter avec des excuses. En retour, elle fournit une force auxiliaire, sous le prince Frederick de Hesse, pour servir en Allemagne du Nord. Elle se composait des unités suivantes :

 

4 régiments d'infanterie,

2 bataillons de Jäger,

6 escadrons de dragons légers,

2 escadrons de hussards

4 batteries d'artillerie.

 

1813

À l'approche des armées alliées, le Danemark augmenta son contingent subordonné aux forces françaises à Hambourg. Une division était rattachée au XIIIe Corps de Davout. La division danoise comportait une avant-garde et deux brigades. L'avant-garde comprenait trois bataillons de fusiliers, deux escadrons de hussards et une batterie de 3. Chacune des brigades avait trois régiments d'infanterie (cinq bataillons en tout), un régiment de cavalerie et une batterie de 6. Il y avait une batterie de 3 en réserve divisionnaire.

 

Par le traité de Kiel, signé en janvier 1814, le Danemark fit la paix avec les Alliés sans se retourner contre la France. Il lui en coûta la plupart de ses possessions étrangères, y compris la Norvège, qui fut donnée à la Suède. La Norvège mobilisa alors 20.000 hommes pour obtenir l'indépendance plutôt que la domination suédoise, mais en vain, car la Suède était soutenue par la Grande-Bretagne et la Russie.

 

 



03/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres